Ateliers de méditation pour les ados

Votre ado est

accro à son téléphone et aux séries
il a du mal à être attentif en classe
on le dit hyper-actif

il a régulièrement des insomnies

il est constamment stressé et angoissé

il déteste son corps

il manque de confiance
il est sans arrêt submergé par ses émotions

il est hypersensible...

Et si la méditation était la solution pour vos ados ? 

Éducateur spécialisé en milieu ouvert, dans la banlieue parisienne, je côtoie des adolescents d’origines et de cultures diverses depuis 15 ans maintenant. Le constat est sans appel : nos ados sont isolés, découragés, stressés, déprimés ; la flamme de l’enthousiasme s’est déjà éteinte en eux.

L’enjeu est de taille ; comment accompagner nos adolescents dans ce délicat passage vers l’âge adulte ?

Dans un monde où tous les repères traditionnels se sont peu à peu effondrés, ne faudrait-il pas débuter cette aventure en repensant à neuf l’expérience d’être adulte ?

Ne l’oublions pas, nos adolescents ne sont que les catalyseurs de la crise existentielle que les adultes traversent actuellement. 

 

Face à ce constat et à ces questionnements je propose des ateliers de méditation en individuel ou en groupe et je constate chaque jour comment cette pratique peut réveiller nos adolescents : les accompagner pour apprivoiser ce corps qui change, les aider à accueillir l’intensité émotionnelle qui entoure ces changements, à développer cette sensation de liberté d’être pleinement présent, à s’accepter tels qu’ils sont pour retrouver le chemin de la confiance…

Une méditation qui n’est pas là pour « calmer » vos ados mais pour les « libérer »

Il me faut d’emblée préciser que ce que j’entends ici par « méditation » n’a rien à voir avec la vision galvaudée qui s’impose aujourd’hui. Je ne médite pas pour « me calmer », « garder le contrôle » et pratiquer une sorte de gymnastique mentale abstraite.

Non.

Méditer m’a fait découvrir précisément l’inverse : qu’il est possible de rencontrer et d’accepter mes émotions, mes fragilités – mon humanité – telles qu’elles sont, et que cela fait un bien fou. C’est cette autre approche, libératrice, de la méditation, que je propose aux adolescents au fil de mes ateliers.

L’adolescence : une première zone de turbulences dans un monde en crise

L’adolescence est avant tout une période de mouvement – transformations corporelles, modification de l’environnement, nouvelles perspectives plus ou moins effrayantes ou exaltantes… –, qui crée une forme d’instabilité, un inconfort, une vulnérabilité provoquant une perte de confiance. Une zone de turbulences, en somme, qui met l’adolescent à nu et le rend particulièrement vulnérable. ​

La méditation a précisément pour vocation d’aider à assumer cette instabilité, à accueillir le mouvement plutôt que de lutter contre lui. Elle permet donc aux adolescents de s’accueillir eux-mêmes tels qu’ils sont dans cette période de turbulences.

Il me semble cependant que l’adolescence et la fameuse « crise » qui l’accompagne ont profondément changé. Naguère, on franchissait cette période trouble pour acquérir peu à peu une stabilité, une indépendance financière, des socles, des repères solides qui nous permettaient de nous dire adultes. Aujourd’hui, cette période de mouvement, d’absence de repères se prolonge à l’âge adulte, et la « crise » que vivent les adolescents actuels n’est que la première et la plus forte d’une longue série. À mon sens, c’est une raison supplémentaire pour les aider à surmonter cette première secousse sismique afin qu’ils se trouvent moins démunis face à celles qui suivront.

La clé de départ : se « foutre la paix » !

Dans son livre Foutez-vous la paix ! et commencez à vivre, Fabrice Midal explique entre autres comment, à trop se concentrer sur sa posture, on peut faire de la méditation l’inverse de ce à quoi elle est vouée : une tyrannie de la perfection, autrement dit, pour les adultes et a fortiori pour les adolescents, un nouveau prétexte pour se dévaloriser. La méditation consiste au contraire à se laisser tranquille, sans aucun enjeu de « réussite » ni donc de possibilité d’échec. Sans pression d’aucune sorte.

 

La méditation est un moment de pause où les adolescents n’ont ni rôle à jouer ni pression sur les épaules. Les premières méditations que je fais avec eux consistent donc simplement à les inviter à accueillir ce qu’ils sont. Tout le reste, la posture, la droiture, viennent ensuite, de manière facultative, s’ils en ressentent le désir.

Cette phase d’apaisement, de pacification avec eux-mêmes, est indispensable pour aborder la suite.

La pratique de la méditation propose des exercices concrets pour entraîner l’esprit des ados à être plus attentif au moment présent : l’ici et maintenant.

 

Dans un premier temps, par des exemples très précis du quotidien des élèves, ils prendront conscience de la difficulté d’être présent et comment ne pas l’être complique leur vie : le rapport au portable, aux autres écrans, réaliser plusieurs activités en même temps… Par des exemples précis également, ils verront comment leur moment de grande présence donne une plus grande qualité à leur vie.

Pour être plus précis, ces EXERCICES vont apprendre aux élèves à être :

 

1) Plus attentif :

Apprendre à poser son esprit pour être capable dans toutes ces situations de retrouver sa lucidité et de faire les bons choix. En étant plus attentifs, nous voyons les choses telles qu’elles sont et nous pouvons alors agir avec plus de justesse.

 

2) Plus confiant :

Oser prendre des risques, apprendre à sortir de sa zone de confort en acceptant simplement la réalité telle qu’elle est, ne pas chercher à être chose ou ailleurs que là où ils sont.

 

3) Plus bienveillant :

L’attention développe l’honnêteté, les collégiens ne pourront pas soutenir cette honnêteté s’ils ne développent pas en même temps de la bienveillance envers eux-mêmes. Entrer en amitié avec soi pour assumer de regarder cette réalité telle qu’elle est, parfois douloureuse

 

La vie est source de souffrances et de difficultés :

- un examen raté,

- une déception amoureuse,

- un échec sportif,

- des difficultés familiales,

- une embrouille avec un(e) ami(e).

 

Ces souffrances donnent naissance à des sentiments tels que la déception, la solitude, la tristesse, l’angoisse, la colère…

Si nous nous mettons à juger ces sentiments, à nous en plaindre, la souffrance ne fait que s'accroître. En effet la souffrance a deux sources : la réalité des faits et notre propre réaction face à cette souffrance que nous ressentons. La première source est inévitable mais nous pouvons nous libérer de notre réaction face à cette souffrance. D’autant plus que la seconde source est responsable de 75% de la souffrance que nous ressentons.

Les exercices sur l’ici et maintenant ont pour dessein d’accorder son attention au moment présent pour être plus en contact avec la vie et avec son expérience.

 

Plusieurs thèmes seront explorés en détail à partir d’exercices de méditation pour apprendre à être plus attentif au moment présent :

- Le rapport au corps : je pose mon esprit dans le corps quand je sens que je ne suis plus là.

- Le rapport au souffle : j’ancre ma présence à partir d’une attention sur le souffle quand mon esprit est agité.

- Le rapport aux pensées et aux émotions négatives : apprendre à regarder dans quel état d’esprit je suis et quel rapport entretenir avec mes pensées et mes émotions.

- Le rapport au stress : apprivoiser ma peur et développer un sens du courage.

Une pratique ancestrale dont les fruits sont nombreux